BROCHURE CARE PROMOTION BROCHURE CARE PROMOTION ARC ALPIN Simulateur Nous contacter
< Retour

IMMOWEEK – Emmanuel Rolland : « Notre ambition est de développer de 500 à 1000 logements par an »

10/01/2019 par Arthur de Boutiny IMMOWEEK

Emmanuel Rolland (Care Promotion) : « Notre ambition est de développer de 500 à 1000 logements par an »

Un peu plus d’un an après sa création, Care Promotion, fondé par Emmanuel Rolland, affiche un bilan « heureux », marqué par la croissance.

Care Promotion a fêté son premier anniversaire. Quel est le bilan ?

Il s’agit d’un bilan très heureux ! L’entreprise s’est construite, a grandi avec des projets beaux et vertueux avec nos premiers clients, nos premières ventes, nos premiers permis de construire… Au total, près de 1 000 logements ont été engagés, et les premières opérations ont été lancées à Vanves (70 logements) et Colombes (72 logements). 500 logements sont en projet, permis de construire déposés, tous en Ile-de-France, ce qui augure d’une très bonne année. 2019 sera placée sous le signe de la croissance.

>> LIRE L’ARTICLE

Quels sont les projets en cours ?

Ils sont nombreux. Ainsi, Care Promotion va développer 46 logements, du studio au 6 pièces, avec de larges balcons, dans le quartier Louvois à Vélizy-Villacoublay en association avec H2 Promotion ; 85 logements, assortis d’un espace de coworking et d’un jardin d’agrément, à Rosny-sous-Bois ; 96 logements, du studio au 5 pièces, avec un grand parc commun, à Argenteuil. Nous avons également initié des projets à Villemomble, à Gagny, à Bezons, une seconde opération à Vanves, rue de Clignancourt dans le 18ème arrondissement de Paris, et rue de la Croix-Nivert, à Paris 15ème.

Où en êtes-vous de la constitution de votre équipe ?

Nous recrutons actuellement plusieurs postes clé et notamment notre directeur financier. Nous devrions être une vingtaine de collaborateurs d’ici fin janvier. C’est très agréable d’être dans une équipe dynamique et talentueuse qui s’enthousiasme pour des projets qui ont un petit plus. Notre marque de fabrique est le soin apporté à fabriquer des objets particulièrement raffinés, entendu comme ayant été « polis » plusieurs fois.

Quels sont vos objectifs pour 2019 et les années à venir ?

Notre objectif pour cette année est de dépasser les 300 réservations. Notre ambition est de développer entre 500 et 1000 logements par an d’ici cinq ans. Nous resterons focalisés sur les sujets résidentiels : nous n’avons pas l’envie de réaliser de nouveaux produits à l’avenir, mais nous ne sommes fermés à rien. Nos enjeux principaux actuels sont de structurer l’entreprise pour assurer une exécution conforme, d’investir dans les systèmes d’information, de nous engager dans la certification ISO. Nous voulons recruter et former ; ensuite, continuer d’amplifier le développement.

Vous vous positionnez donc clairement sur le Grand Paris…

C’est très difficile d’exister en Ile-de-France : nous restons très modestes mais nous avons une place à prendre en tant qu’opérateur naissant. Nous travaillons en co-promotion à Vanves avec Ogic et nous nous lions avec d’autres opérateurs qui nous font confiance. Care Promotion pourrait également se développer en régions dans le courant de l’année 2019.

Comment voyez-vous le marché actuel, au lendemain de la loi Elan ?

En Ile-de-France, les facteurs fondamentaux sont si présents, avec les Jeux Olympiques, le Grand Paris, le Brexit, que je ne vois pas de difficultés autres que conjoncturelles. Les seuls vrais risques pour le marché sont ceux liés aux taux ou à des évènements extrinsèques. Je ne crois pas au choc d’offre : à l’heure actuelle les prix sont trop élevés faute de libération de foncier et alors que la rente foncière est devenue démesurée. La valeur réside actuellement dans le foncier et non dans le produit, ce qui est économiquement discutable. Autre sujet : les prochaines élections. Il ne faut pas que la campagne des élections municipales soit fondée sur un rejet de la construction et conduise à un gel des terrains. Ceci rendrait la situation foncière encore plus intenable qu’elle ne l’est actuellement. Cependant, la demande de logements devrait rester vigoureuse malgré tout. Et nous comptons bien apporter notre contribution à l’effort de production de logements neufs en Ile-de-France.

Arthur de Boutiny